Imperium Romanum Index du Forum
Imperium Romanum Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Aelita

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Imperium Romanum Index du Forum -> Section hors RPG -> Présentations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aelita
Citoyen

Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2010
Messages: 1
Localisation: languedoc-roussillon
Féminin Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq
Sesterces: 1

MessagePosté le: Mer 24 Nov - 17:08 (2010)    Sujet du message: Aelita Répondre en citant

Nom : ****
Prénom :
Aelita
Age :
18 ans
Métier :
danseuse
Équipement/animaux/etc... :
Une chambre dans un palais, une monture (Amon), un chat (Bastet), une dague.

¤ Histoire:
« Voyons voir...

Il y a 18 ans, dans une oasis, au milieu du désert, une famille de marchand vivaient tranquillement. Il y avait le père, la mère, un garçon, l'aîné, et une fillette. Mais la mère était enceinte. Elle y accoucha.

Le père s'appelait Knemout, marchand d'huile et d'herbes. La mère se nommait Iset, danseuse et "magicienne". Les habitants du plus proche village n'attendait que la visite mensuelle de ses deux êtres pour pouvoir assister au splendide spectacle d'Iset qui jouait les mystificatrice et qui dansait pour le plus grand bonheur des habitants. Cette visite permettait aussi au Grand Prêtre du Temple d'Hathor de se ravitailler en huile et en encens pour les cérémonies.

Le premier enfant, Ahmès, avait 6 ans lors de la naissance de la dernière. Il était déjà mûr pour son âge et un ancien militaire habitant au plus proche village lui enseignait à se battre. Il lui enseignait aussi l'histoire des campagnes militaires des Deux Royaumes et les noms des Grands Souverains Chefs de Guerres. Par ce fait, Ahmès adorait les visites au village. La seconde née, Néfret, était plus réservée que son aîné et préférait les calmes leçons de l'une des prêtresse de la Déesse de l'Amour et de la Beauté lorsqu'elle venait en visite au village avec son père. Sa mère lui enseignait la musique, ou du moins les rudiments. Néfret avait 3 ans lors de la naissance de sa soeur.

Enfin, Aelita, la dernière née, se révéla beaucoup plus agitée que ses frères et soeurs à la naissance. Il faut dire que le contexte était différent. Là où ses frères et soeurs sont nés à la maison, Aelita est née au village. Elle est née avant la date attendue, d'où la surprise générale lorsqu'Iset commença à perdre les eaux alors qu'elle "lisait" l'avenir d'une aïeule. Tout ce petit monde vécut tranquillement pendant des années. Ahmès devenait d'années en années un beau jeune homme, bien bâti grâce aux cours de l'ancien militaire, et aurait pu s'engager dans la garde de pharaon s'il n'avait préféré rester au village et épouser la douce et jolie Seshat, fille du Grand Prêtre d'Hathor. Néfret, malgré les conseils de sa mère, ne se révéla pas aussi douée qu'elle l'aurait voulue dans la danse, mais devint une merveilleuse musicienne. Elle dévoua son existence à la Déesse Hathor qui lui avait octroyé ce don pour la musique. Quant à Aelita, elle suivit les traces de sa mère et se découvrit une passion pour la danse et les mystifications que sa mère faisait.

Un jour, alors qu'Ahmès - âgé de 17 ans - s'était installé au village avec sa femme Seshat, alors que Néfret - âgée de 15 ans - était aussi au village à suivre la formation des prêtresse d'Hathor, et que Knemout et Iset était au village pour leur visite annuelle, des cavaliers arrivèrent au loin. Aelita avait voulu rester à la maison pour s'occuper des ânes et des chats. Ce fut d'ailleurs son chaton, Anty, qui senti l'arrivée de ces cavaliers en premier. Il miaula pour attirer l'attention de Aelita. La jeune fille, âgée de 12 ans, se demanda ce que quatre cavaliers et une charrette pouvaient venir faire ici. Postée près de la porte, habillée de la tenue de danseuse qu'elle avait revêtu le matin pour s'entraîner, elle les regarda approcher. Elle avait une mauvaise impression, un mauvais pressentiment. Le fait que les cavaliers soit armés jusqu'aux dents ne la rassura pas. Et encore moins lorsqu'elle aperçut les personnes dans la charrette. C'était toutes des jeunes filles de son âge environs, mais elle paraissaient épuisées, apeurées. Et leurs membres étaient entravés. Prenant peur,Aelita  rentra brusquement dans la maison avec Anty. Elle se précipita dans l'ancienne chambre de son frère. Il y avait laissé quelques affaires comme des dagues dont il ne se servait plus, et aussi un arc avec un carquois plein de flèche. S'emparant de deux dagues, elle alla ensuite dans la chambre de ses parents. Elle avisa un morceau de papyrus et, après avoir pris de quoi écrire, elle nota rapidement de quoi avaient l'air les cavaliers et ce que contenait la charrette. Car elle pressentait que ce n'était pas une visite de courtoisie qu'ils venaient faire. Et elle se sentait menacée. Au moins, grâce à ce papyrus, ses parents pourraient-ils donner une descriptions aux gardes s'ils se rendaient compte de sa disparition. D'ailleurs, pour les avertir, elle rajouta :

"Si je ne suis pas là, c'est que j'ai été enlevée".

Et puis, si les cavaliers ne faisaient que passer, elle pourrait détruire le papyrus. Mais en attendant, elle attrapa Anty et glissa le bout de papyrus entre son poil et son collier, dans un petit tube qu'elle et sa soeur utilisaient pour communiquer lorsque leurs parents ne voulaient qu'elles sortent de leurs chambres. Ils connaissaient la ruse, mais n'avaient jamais empêché les filles de le faire. Un bruit violent la fit sursauter et sortir de ses souvenirs. Elle fit sortir Anty de la maison par une fenêtre et lui intima l'ordre de s'éloigner le plus possible. Anty, ne comprenant sans doute rien mais alerté par le ton pressant de sa voix, s'enfuit jusqu'aux buissons près de l'eau. Les ânes bêlèrent de frayeur et Aelita soupçonna les étrangers de les tuer car après, ce fut le calme plat. Elle pria Hathor pour qu'Anty reste caché et ne miaule pas puis se plaça comme elle avait vu Ahmès le faire, en position défensive. Une dague dans chaque main, elle attendit avec un soupçon d'impatience et beaucoup de crainte que les cavaliers entrent. Lorsqu'ils le firent, elle "montra les dents" si l'on peut se permettre l'expression. Leurs réactions ? Ils rirent. Ils rirent et tentèrent de s'emparer d'elle. Grave erreur de la prendre juste pour une paysanne. L'acier brilla et celui qui avait tenté de l'attraper retira sa main avec un juron. Le sang coulait à flot. Aelita lui avait coupé une veine. S'empressant de mettre un tissu pour comprimer la plaie, il lui jeta un regard mauvais. Les autres prirent leurs épées qui pendaient à leurs côtés. En deux temps et trois mouvements, Aelita était désarmée et à leur merci. Malgré sa résistance, elle ne put se débattre longtemps et tomba dans l'inconscience lorsque celui qu'elle avait mutilé lui décocha un coup de poing sur le haut du crâne.

~¤~¤~¤~
 

Elle se réveilla plusieurs jours plus tard avec un goût âcre dans la bouche. Pour prolonger son inconscience, les étrangers avaient dû lui faire ingurgiter quelques substances somnifères. Elle n'ouvrit pas tout de suite les yeux. Le sol sur lequel elle était allongé était humide et malodorant. Elle avait les chevilles et les poignets entravés par du fer. Tout son corps était engourdi. Papillonnant des yeux et poussant un gémissement rauque lorsqu'elle essaya de s'asseoir, elle découvrit une pièce étroite et peu éclairée. Elle était sur une paillasse de fortune, toujours vêtu de sa tenue de danseuse. Un bruit retenti à sa droite. Et elle distingua vaguement une forme humaine. Cela se confirma lorsqu'une voix retenti. Une voix féminine. Cette voix lui ordonna de ne pas s'enfuir et de ne pas parler. En bref, de rester tranquille. Elle lui expliqua ensuite ce qu'il était advenu pendant son inconscience. Elle avait été vendue pour le harem d'un riche noble Grec en visite en Egypte. Elle ne devait pas chercher à s'évader et devait juste obéir en tout points aux ordres qu'elle recevrait. Mais Aelita n'était pas comme ça. Loin de là. Son esprit vif analysa rapidement la situation. Et il y avait plus de point négatifs que de points positifs. Mais elle ne se découragea pas. Quoiqu'en dise la femme, elle chercherait à s'évader à la moindre occasion. Mais d'abords, elle demanda où ils étaient. "A Thèbes !" Lui répondit la femme d'un ton aigre.

**Génial pensa alors Aelita.**

Elle était à l'autre bout de l'Egypte. Ils avaient dû la garder inconsciente durant une dizaine de jours. Pendant quelques jours, elle observa les lieux dans lesquels elle était, à la recherche d'un plan pour s'évader. Pour l'instant, ce n'était pas très favorable. Mais, en faisant semblant d'être soumise et docile, elle apprit que son acquéreur la ferait participer à la fête qu'il allait donner dans quelques jours. Un sourire satisfait s'était alors installé sur les lèvres de la jeune égyptienne. Elle peaufina son plan dans les moindres détails, glanant tout les renseignements qu'elle pouvait avoir sur le déroulement de la fête et finalement, réussit a avoir un plan qui tenait la route. Elle avait entre temps appris qu'elle serait à l'entière disposition de son acquéreur après la fête. Heureusement qu'elle serait partie d'ici là d'après ses prévisions. Le jour dit, elle distraya les invités avec toute la grâce dont elle était capable. D'après sa mère, Hathor lui avait octroyé un don. Sa beauté et sa maîtrise de la danse captivaient. Elle espérait se servir de ce don pour s'échapper. Donc elle s'appliqua, enchanta les sens avec son déhanché lent et langoureux, et dansa ainsi en servant à boire et à manger aux invités de son "hôte".

Elle arriva près du lieu prévu pour s'éclipser discrètement. Les invités et son acquéreur avaient été si captivés par les mouvements de ses hanches et de son bassin qu'ils n'avaient pas vu Aelita se saisir de la clé qui fermait ses fers. Car elle avait les chevilles entravés bien qu'elle ait toute liberté de danser. Elle se tapit dans l'ombre et enleva ses fers. Déposant les fers et la clé dans la chambre de celui qui l'avait acheté, elle résista à l'envie de lui laisser un mot pour le narguer. Car elle n'avait pas le temps. De la chambre de son bientôt ex-maître, elle sauta dehors par la fenêtre. Ce n'était pas très eau. Et le sable en-dessous amortis sa chute et le bruit de sa chute. Maintenant, ne restait qu'à éviter les sentinelles et à sortir de la propriété. Ce qui se déroula sans problèmes.

Elle courut rejoindre la ville d'Alexandrie en elle-même, quittant ses quartiers où habitaient provisoirement les dignitaires étrangers en visite, et réussit à se trouver une cachette sûre. D'après ce qu'elle avait glané lorsqu'elle était chez le Grec, il prévoyait de partir dans deux jours. Ainsi, il lui suffit de se cacher jusqu'à son départ, puis elle serait libre. Et elle y resta cachée, durant six ans elle vécue parmi les Alexandrins. Rendue à Alexandrie , seule, sans le sou, à la recherche d'une âme généreuse. Bien sûr la vie fut d'une difficulté incroyable. Chaque jour, la jeune fille devait danser, danser, danser afin de gagner un minimum d'argent afin d'acheter des vivre mais le destin s'acharna contre elle et elle se retrouva un jour au beau milieu de la rue, inconsciente et au bord de la mort. Par un heureux hasard, à l'intérieur d'une litière, au travers d'un rideau, une prêtresse la vit et demanda à ses gardes de s'arrêter. La foule s'arrêta intriguée, regardant la puissante femme descendre avec grâce pour aller s'agenouiller auprès deAelita. Elle lui apposa les mains au niveau de la tête et après quelques minutes poussa un soupir de soulagement et ordonna de porter la jeune fille dans sa litière. Vite dit, vite fait, Aelita fut posée en douceur sur l'une des petites banquettes, juste en face d'Aménis, dont la balade fut arrêtée et le retour au palais précipité.

Aelita y resta en tant que demoiselle d'honneur d'Aménis, la prêtresse. »

¤ Caractère: C'est un véritable vif-argent que Aelita qui possède l'art et la manière de passer d'un état émotionnel à un autre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ! Hypersensible et particulièrement féminine, elle est un mélange de femme-enfant, charmante, sensible et douce ; et de maîtresse femme, conquérante, séductrice et entreprenante... une sacrée personnalité qui oscille entre timidité, effacement, dépendance, soumission et leur contraire. Il est vrai que bien-être et équilibre affectif lui sont nécessaires pour développer son assurance. Ainsi pourra-t-on la voir tour à tour réservée et timide, intériorisée, ravie de passer inaperçue, puis pétillante, espiègle, enchanté d'être sur le devant de scène et même effrontée, selon que l'ambiance dans laquelle elle se trouve est affective ou non... Elle oscille entre des phases d'hésitation et d'autre où elle est capable de tenter le tout pour le tout. C'est une affective qui a un grand sens de l'amitié, et montre des qualités certaines d'écoute, de finesse, et de psychologie certaines, ayant à la fois un sens aigu des détails et un intérêt pour ce qui est intimiste. L'humour est l'une de ses caractéristiques, et s'en sert souvent, tout autant pour sauver la face lorsqu'elle est dans ses phases à haute nerveuse que pour plaire ou encore faire un bon jeu de mots. Curieuse est insatiable, Aelita aime la lecture, mais son bavardage incessant devra être surveillé si vous ne voulez pas vous retrouver perdu dans des détails. Extravertie, elle aime communiquer, plaire, séduire et possède un charme fou. Elle rêve d'être le point de mire d'une assemblée ou d'un public qu'elle sait animer par sa présence et ses facultés d'expression. Tout en ayant besoin d'une sécurisation affective, elle déteste la monotonie et apprécie l'aventure et es nouveautés. Enfin, la vie est un peu un jeu pour elle, aussi possède-t-elle un coté ludique. Sentimentalement, c'est une femme agréable et de bonne humeur qui met de l'ambiance dans une maison, une hôtesse remarquable et remarquée. Certes, elle est séduisante, mais ne vous y fiez pas messieurs, à son sourire angélique : au fond c'est une insoumise qui ne se laisse pas si facilement séduire.

AU TRAVAIL AELITA  ! Il lui arrive bien d'échouer par les voies les plus accessible, en gaspillant les chances les plus évidentes, les moyens les plus à sa portée, que triompher par les détours les plus inattendus, les chemins où nul n'aurait osé s'aventurer, où tout autre se serait irrémédiablement égaré. Plus le milieu est vaste, flue, voire inconfortable, plus elle se sent à l'aise. C'est donc souvent dans les activités marginales, des carrières d'appoint, par des rencontres fortuites, des coups de fortunes inespérés, qu'elle réussit le mieux. Autrement, dans les cas les PLUS négatifs, Aelita peut être entraînée, presque malgré elle, (parce qu’elle subit les influences et se prête aux manœuvres tortueuses) dans des imbroglios d'affaires suspectes, plus ou moins légales, de procédés douteux, d'opérations suspectes ou franchement fructueuse... Son itinéraires professionnel est généralement fluctuant, instable, parfois incohérent - marche à la fois fiévreuse et alanguie sur des sables mouvants. Au reste, elle joue sur une gamme de réactions et de comportements assez variés : tout en s'immergeant dans les eaux troubles d'une glauque insécurité, dans un bizarre mélange d'erreurs, de gaffes, d'à-peu-près et d'opportunisme, elle peut se tirer parfaitement des situations les plus tordues et les plus impossibles - exploitant même les éléments les plus embrouillés, les plus absurdes, en apportant soudain des solutions miraculeuses. N'essayant jamais d'imposer son jugement, d'exercer une quelconque pression sur la volonté d'autrui, on la voit se plier devant l'autorité - par l'esquive ou la dérobade - et laisser aux autres l'entière indépendance de leurs opinions, options et initiatives. Pour atteindre la pleine mesure de son rendement, elle a besoin de se sentir soutenue, comprise, aimée, portée par un courant, une ambiance inconditionnellement favorable, bien veillant, amicale. Si elle n'est pas littéralement "dans le bain", elle étouffe et s'asphyxie. Sa faiblesse est de ne savoir résister aux tentations et sollicitations multiples et contradictoires, de mal se contrôler, de se laisser trop aisément disperser, séduire, emporter par le flot des événements extérieurs ou de sa propre effervescence, avec une confiance exagérée, un peu laxiste, aux circonstances - ou à la providence. Si elle s'agrège spontanément à l'ensemble d'une collectivité ou d'une communauté, elle ne s'accorde pas volontiers aux structures particulières d'un groupe, aux détails d'une équipe, aux impératifs d'organisation, de précision, de délai, de répartition de tâches, des compétences et des spécialisations. Certes, elle accomplit assez docilement ce qu'on lui demande, mais elle demeure étrangère aux méthodes des rationnelles, et réfractaire aux carences de la discipline. Plus épris de pittoresque et de chimère que d'efficacité, plus fantaisiste que ponctuel, elle évolue dans un fouillis, un fatras, un magma où elle est la seule à se repérer - et, qui peut même dans certains cas lui fournir les bases d'une surprenante méticulosité, véritable chaos à rebours.

INTELLIGENCE OU PAS INTELLIGENCE ? La caractéristique principale de Aelita est sa malléabilité psychique, qui conduit à une très grande plasticité mentale et à une ouverture intellectuelle aux nombreuses disciplines de l'esprit humain. Malheureusement comme elle s'intéresse à tout, elle a tendance à survoler les choses et à faire trop confiance à son intuition, par laquelle elle a l'impression d'acquérir une connaissance profonde de la réalité. Elle risque donc ainsi de surestimer ses facultés intellectuelles et risque de perdre du temps en s'engageant dans des voies qui ne lui correspondent pas réellement. La véritable "intelligence - Aelita" consiste à embrasser un maximum de systèmes de pensée, à relier les unes aux autres des idées apparemment dénudées de rapport : son intuition lui dévoile les fils ténus qui courent, indispensables, sous l'apparence des choses. Cette faculté, liée à l'imagination, peut aussi conduire à une sorte de génie créatif mais aussi un opportunisme exceptionnel. Mais tout en Aelita n'est pas "abstrait". Elle bénéficie, par exemple, d'un remarquable sens du commerce. Mais lorsqu'elle ne parvient pas à dominer, à canaliser les courants innombrables auxquels son esprit est réceptif, elle devient brouillon, étourdis, nébuleuse. Aelita a besoin d'éprouver ses capacités et d'affermir ses préférences pour telle ou telle discipline. Mais pour simplifier le problème, on peut dire qu'en règle générale, elle marque une préférence pour les carrières artistiques, la psychologie, les sciences sociales et militaires et/ou policières. Ce qui n'existe pas son imagination mobilise moins son attention. Elle apprécie peu les faits rigoureux et les leçons normalisantes. Elle est cependant portée sur les mathématiques et l'informatique car elle y a perçut depuis son plus jeune âge, leur universalité. Aelita n'ayant pas un tempérament de solitaire, préfère les activités qui s'exercent au sein d'une collectivité ou dans un but humanitaire. Elle aime venir en aide aux autres et se sentir utile au groupe. Ce qui compte avant tout pour elle, c'est de pouvoir s'exprimer, que ce soit par le biais d'une activité artisanale ou artistique, ou de sentir, pour le moins, qu'elle ne végète pas dans l'anonymat complet et que son action change un petit quelque chose dans l'ordre du mode.

¤ Physique: D'apparence frêle et fragile, Aelita est plutôt énergique comme jeune femme. Son corps est souple et parfait pour tenter les hommes, sa peau brune paraît dorée au soleil, ses yeux sont d'un vert éclatant et surtout, son visage a un petit quelque chose qui fait qu'on s'en souviens. Ses longs cheveux ébènes lui tombent au creux des reins et sont souple et ondulés.

Comme toute danseuse, Aelita préfère les tenues faciles à porter qui , permettent d'amples mouvements. Les jupes fendues de lin accompagné d'un bandeau sur son torse pour couvrir sa poitrine bien formée, ou encore une longue robe de lin évasée vers le bas mais resserrée sur la taille. Cela lui arrive de porter des pantalons, pour errer anonymement dans les rues par exemple.

_______________________________________________________________
Age : 17 ans
Comment avez-vous connu le forum : par un autre forum
faites-vous du graphisme ? oui
 
 
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 24 Nov - 17:08 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Virus Agrippa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Jan 2010
Messages: 65
Masculin
Sesterces: 23

MessagePosté le: Mer 19 Jan - 17:57 (2011)    Sujet du message: Aelita Répondre en citant

Bienvenue.

Les forums Xooit ont un gros défaut : aucune notif d'inscription n'est envoyée au webmestre.

Il faut donc toujours penser à intervenir dans une discussion quand on débarque car les notifs de réponse fonctionnent.

Et moi je repassais par ici car j'en refais la pub. Alors le jeu reprendra peut-être.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:16 (2017)    Sujet du message: Aelita

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Imperium Romanum Index du Forum -> Section hors RPG -> Présentations Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com